Romain Cassagne

 

 

Vous trouverez dans cette galerie, tous les moments qui m'ont donné envie de les immortaliser ou de les figer. Passionné par la nature, je m'éfforce de donner les indications sur le lieu ou sur le sujet.

Une grande partie de mon travail est en rapport avec cette nature, vous verrez donc beaucoup de photos de paysages de montagne ou de fleurs.

 

 

 

Mon Matériel

 

 

 

Si vous voulez plus d'infos sur chaque photos ou si vous voulez les voir en HD, plusieurs galeries sont disponibles :

500px

Facebook

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous souhaitez utiliser une de mes photos merci de me contacter.
If you plan to use one of my picture, thanks to contact me before.

Tour du Mont Blanc 2

Dimanche 02 Octobre 2016

Les prévisions avaient annoncé de la pluie en matinée. Il n'en était rien. Après un réveil quelque peu agité, - au refuge du col Chécrouit - nous descendions sur Courmayeur, une pente abrupte traversée par un sentier interminable et d'innombrables virages en Zig-Zag qu'il dessinait. Notre passage dans cette station de ski provoquait un sentiment étrange de mal-être et de confusion. Après seulement quatre jours d'autonomie, l'habitude de la solitude et du calme était devenu stable, presque une accoutumance du matin au soir. De courte durée, cette pause fut nécessaire pour reprendre des forces.

Nous repartions en direction de la Lèche à 1929 mètres d'altitude depuis les 1226 mètres de Courmayeur. L'arrivée au sommet nous offrait une vue imprenable sur les Grandes Jorasses - ces lames verticalement aiguisées - et pour la première fois, le sommet du Mont Blanc essayant encore de repousser les nuages agrippés de toute part. Nous les guettions, les épions de l'autre côté comme si ce sommet mythique était devenu, puisqu’invisible, une chasse, une quête du Graal.

Nous étions là pour l'observer, le scruter, mais ses rares apparitions trop succinctes en faisaient un fantôme. Depuis 3 jours, cette Arlésienne de blanc vêtue devenait réalité et le moment fut émouvant. Nous restions immobiles et muets, peut-être de peur d'une nouvelle disparition qui nous figeait ainsi. Après l'avoir apprécié et dégusté, le Mont Blanc se voilait et nous sommait de déguerpir à l'approche de gros nuages noirs et orageux approchant dans notre dos. Trois heures de marche plus tard, nous arrivions au refuge Bonatti. Toujours face aux Grandes Jorasses, nous remplissions les gourdes et profitions d'une trêve pour récupérer avant de trouver un lieu de bivouac.

A peine 20 minutes plus tard, la pluie se mettait à tomber. Une course effrénée commençait, nous obligeant à courir dans les dévers, à anticiper le moindre obstacle tout en cherchant un coin pour planter les tentes. L'humidité ambiante nous rendait acerbe et fulminant envers nous-même. Dans un premier temps, nous ruminions contre l'élément essayant de le défier. Puis, petit à petit, cette attitude acariâtre, un brin atrabilaire s’amenuisait. Nous nous émancipions de la sujétion que représentait les bons vouloirs de mère Nature et la pluie devenait une fatalité plus qu'une dépendance. Cet affranchissement nous procurait un sentiment de liberté, nous pouvions aller et venir au gré des vents, des pluies et du soleil. Il nous donnait même des forces et du mental pour clôturer notre 4ème jour de marche.

Aux alentours de 18h30, nous arrivions au refuge fermé d'Arp-Nouva-Desot. Après l'avoir contourné, aucun doute ne fut possible. Toutes les portes étaient closes et cette nouvelle ne nous enchantait guère et paraissait lugubre. Nous étions passé devant une cabane à quelques mètres de là, en pierre et intégrée dans la pente terreuse. Aucune fenêtre n'en éclairait l'intérieur. N'ayant pas le choix, nous nous changerons ici. Nos vêtements imbibés et détrempés dégoulinaient l'eau qu'ils ne pouvaient plus absorber. Se changer était une nécessité si nous voulions manger et dormir au sec et surtout ne pas tomber malade. Les frontales sur les têtes, nous devions faire attention à ne pas marcher sur des excréments humains. L'insalubrité de la pièce était écœurante mais devant le peu de choix que nous avions, chacun son tour passa des vêtements secs.

Dehors, la pluie cessa et le ciel se dégagea. Les tentes furent installés devant le refuge. Nous pûmes ainsi profiter de l'extérieur et allâmes au lit vers 21h30, fatigués mais satisfaits de la journée.

 

Jour 4 : Col Chécrouit/Arp-Nouva-Desot (+1000m -1200m), Italie, TMB 2012, le 04/09/12


Tour du Mont Blanc

Dimanche 02 Octobre 2016

Récit de voyage :

 

Je compris tout de suite ce qu'il voulait dire. Peut-être que la fatigue physique des jours précédents - de marche intensive - pesait sur les esprits mais nos corps encaissaient ce malmenage avec une étonnante facilité. Les deux dernières nuits ont été courtes et j'aurais donné cher à parier que le manque de sommeil nous jouait des tours.

- "Glacier arrogant". Avez-vous déjà trouvé visuellement qu'une lampe vous snobe ou qu'une chaussure est insolente? Peu d'entre vous, sans doute. La question n'est pas là en tout cas, mais ce qui frappa le groupe, c'est que oui, ce glacier était arrogant.

Nous traversions le Val Veny (Italie) d'ouest en est depuis le col de la Seigne au petit matin. Il faisait beau et le soleil se leva vers 7 h sur le glacier des glaciers après un cache-cache de deux jours. Il nous chauffera toute la journée mais les nuages l'épuiseront et auront raison de lui peu avant 17h. La pluie venait assombrir le décor quand nous progressions dans les pentes de "Maison Vieille", des alpages de prairies verdoyantes. A notre droite, les sommets dessinaient la frontière avec l'Aoste et de l'autre côté, la face sud du Mont Blanc, cachée derrière un épais brouillard laissait entrevoir le bas des glaciers. Il crachaient d'abondantes quantités d'eau et le raffut qui en émanait était perceptible même depuis notre position, les clapotis des gouttes de pluie sur les capuches n'étant pas suffisant pour couvrir le bruit des cascades.

Une heure plus tard, le brouillard se levait et nous offrait une vue sur l'Aiguille Noire, surplombant nos silhouettes frêles et fragiles en comparaison. A ses pieds, plusieurs glaciers l'entouraient tels des remparts, des fortifications de protection et de défense. Il en était un, plus massif est plus grand que les autres, proposant son mur de glace imposant en avant et l'arborant fièrement, lequel, jonché de dizaines de crevasses, naviguait entre les roches avec l'aisance d'un paquebot et la forme de sa proue.

Il était là, puissant et immobile, nous narguant de sa prestance, accroché aux sommets, les caressant et leur arrachant la roche pour se fabriquer un nid douillé. Ces lieux en étaient sa maison, comme un presbytère pour sa paroisse, indissociable de la montagne. Il faisait comprendre, par ses craquements bruyants et insolents que notre présence gênait, dérangeait. Nous subodorions une prétentieuse attitude, une outrecuidance étouffante et suffocante. Glacés par ce sentiment, nous reprenions le chemin en direction du col Chécrouit tout en jetant un œil dans sa direction, lui qui nous fit rêver l'espace d'un instant, le glacier de la Brenva, l'arrogant glacier.

Jour 3 : La-Ville-des-Glaciers/Col Chécrouit (+1510m -1300m), TMB 2012, le 03/09/12